jeudi 30 janvier 2014

La presse étrangère et le french bashing

Le french bashing se définit tout simplement comme étant un dénigrement systématique de la France et ce sur tous les plans. Cette nouvelle marotte de la presse étrangère s'accompagne souvent du Hollande bashing... qu'il n'est pas utile d'expliquer ! Revue en images.

The Independant, journal de Grande-Bretagne s'interroge: "Grandes vacances, 35 heures, longues pauses déjeuner, mais alors pourquoi les Français sont-ils en burn-out ?" Le quotidien se penche sur les conditions de travail stressantes des français...

Le Temps : "la France est épuisée" peut-on lire dans les colonnes du quotidien suisse qui n'épargne pas non plus notre pays.

Le Temps avait déjà qualifié François Hollande de Nabilla en référence à la pouffe de la télé-réalité. Le chef de l'État y était épinglé après la révélation de sa liaison avec Julie Gayet.

Le New York Times des États Unis s'intéresse à l'affaire de la quenelle de Dieudonné, "le geste haineux d'un clown français". L'auteur de l'article en profite pour évoquer son expérience personnelle et raconter qu'à son retour en France, après 6 ans passés aux États Unis, il a eu de "désagréables surprises tel le populisme d'une certaine France profonde". La quenelle ne serait donc, selon lui, que le reflet d'une société de plus en plus intolérante.

Le quotidien gratuit londonien City A.M. évoque une tragédie socialiste : "Entrepreneurs et professionnels déménageront à Londres durant les 12 prochains mois" prédit le journal. "La France est encore en train de plonger" s'alarme-t-il.

Suite à cet article, l'Ambassade de France publie sur son site internet une réponse en 10 points démontant un à un les arguments de City A.M.

Le déclin de la France : cet article de Newsweek, ÉtatsUnis, fait figure de cas d'école. En France, Internet s'est gaussée des nombreuses incohérences de l'article. Le Monde l'a repris point par point, en dressant la liste de ses mille et une erreurs.

The Economist, Grande Bretagne, cultive également une longue tradition de french bashing. Témoin cette Une de novembre 2012, la France serait la bombe à retardement de l'Europe.

En 2003, la France était déjà la cible de nombreuses critiques après son refus de s'engager dans la guerre en Irak. En témoigne cette couverture on ne peut plus explicite du Sun britannique.